Femme endormie

La femme occupe une place exceptionnelle dans l'œuvre d'Olsommer. On peut affirmer qu'elle est tout son art; par là-même, on saisit qu'elle ne pouvait être qu'Une, la compagne de toute une existence. 
Elle se nomme Veska et sera l'inspiratrice de toutes les œuvres maîtresses du peintre. On comprend mieux pourquoi ce dernier ait pu se satisfaire de sa solitude de Veyras ainsi partagée, alors que ni lui, ni sa compagne n'avaient de lien étroit avec ce pays valaisan. 
Veska apporte une mystique slave, nourrie à des sources séculaires qui vont miraculeusement fructifier l'œuvre de Charles-Clos. Toutes les compositions allégoriques auront son visage.
L'importante peinture qui la représente assoupie dans un paysage mal défini illustre parfaitement l'état d'esprit de l'artiste. Tout, dans cette composition, respire le mystère, à commencer par l'auréole qui souligne l'arrondi parfait de la tête à la chevelure rousse. 
La palette d'Olsommer est ici exceptionnellement vive et variée, la touche animée et généreuse. Les leçons de Van Gogh et de Gauguin ne sont pas éloignées. L'art d'Olsommer est encore marqué par le Jugendstil, qu'il a connu lors de ses années de formation à Munich, lieu inhabituel pour un jeune Suisse romand, dont les préférences vont naturellement à Paris. La partie inférieure de cette composition est inachevée; elle permet de comprendre quelque chose de la genèse d'une peinture, où l'artiste procède par couches successives superposées: les différentes teintes ainsi mélangées apportent chacune un enrichissement.

Charles-Clos Olsommer

Charles-Clos Olsommer naît le 17 mars 1883 à Neuchâtel, où son père est photographe. La famille a des origines scandinaves. En 1901-1902, il suit les cours de Charles L'Eplattenier à l'Ecole d'art de La Chaux-de-Fonds.

Plus