La Borgne en hiver

Joseph Gautschi est sans aucun doute, de tous les artistes de sa génération ayant travaillé en Valais, la figure la plus secrète et la plus discrète. Son œuvre reflète fidèlement ces qualités rares. Dans le même temps, elles rendent plus difficile l'approche et la compréhension d'un art qui ne connaît pas la même diffusion, ni le même succès que celui d'un Chavaz. Ils arrivent pourtant ensemble à Fully pour seconder Edmond Bille dans l'imposante décoration de l'église paroissiale. Si leurs débuts valaisans s'inscrivent dans une trajectoire parallèle, la phase ultérieure marque un effacement progressif de Gautschi, qui n'en continue pas moins de peindre à l'écart du monde. 
Cette sorte d'éclipse influence son art, caractérisé par une très grande retenue. Sa palette est l'illustration parfaite de cette discrétion: pas de couleurs pures, mais une gamme toute en nuances et en tons recherchés. S'il avait été compositeur, Gautschi aurait fait de la musique de chambre.
De même, il affectionne les scènes banales, les fragments d'un paysage anonyme. Gautschi aime inventer. Devant la superbe évocation hivernale que l'artiste nous donne à voir, nous ne pouvons qu'admirer ses audaces chromatiques. C'est, au vrai sens de l'expression, un paysage composé, tel que l'entendait un Félix Vallotton. Car, même s'il est déterminé avec une précision topographique - les familiers des bords de la Borgne auront identifié l'emplacement exact -, même si la saison est désignée en termes évidents, paysage et atmosphère sont recréés. A partir d'une double réalité un moment précis, dans un lieu tout aussi précis – Gautschi transcende son sujet et lui insuffle une existence nouvelle, singulière et unique.
 

Joseph Gautschi

Joseph Gautschi naît à Sierning en Autriche, le 4 janvier 1900. Il se forme à l'Ecole des arts décoratifs de Munich, tout en faisant un apprentissage de peintre-décorateur.

Plus