Le Haut-de-Cry

Dans le petit monde des peintres valaisans de paysages, le nom de Charles Wüthrich, sans être totalement méconnu, n'occupe aujourd'hui qu'une place insignifiante. L'artiste paie ainsi une carrière trop longue et ponctuée de trop d'œuvres de piètre qualité. Mais dans le domaine du paysage, il a connu de réelles réussites.
Cette vue plongeante sur la vallée du Rhône, masquée par les brumes, a été prise des Mayens-de-Sion. C'est l'atmosphère d'un lever de soleil sur le Haut-de-Cry, dont le peintre a accentué l'effet pyramidal. Les artifices sont multiples: par vagues successives (céréales, arbres et nuées), Wüthrich anime une habile composition, dont le but ultime est de dégager le massif montagneux, qui trône, isolé, en pleine lumière matinale. Cette mise en scène insolite confère à un banal paysage un caractère romantique et majestueux. La répartition des tons chauds et froids ainsi que l'alternance des zones claires et sombres contribuent à rendre tonique et originale une réalité que rien ne destinait à pareil traitement. Là réside l'apport décisif du peintre.

Charles Wüthrich

Charles Wüthrich naît à Bex, dans le canton de Vaud, aux confins du Valais, le 21 juin 1875. Il entre en apprentissage à Genève, chez un peintre-décorateur. Il poursuit cette activité à Grenoble, Turin, Nice et Grasse.

Plus